La Région Bretagne choisit le datacenter TDF de Rennes-Cesson pour héberger les serveurs des lycées

++ --

 

En charge, notamment, de l’équipement et de la maintenance informatique des 115 lycées publics bretons, la Région s’est engagée à y garantir un débit internet entre 30 et 100 Mbps. C’est chose faite dans 89 de ces établissements mais ce débit « confortable », s’il facilite les usages, accroît d’autant les besoins. Il s’agit donc aujourd’hui d’aller plus loin et de rassembler en un même lieu les serveurs de ces lycées afin de gagner en sécurité et disponibilité de services. Les congés de la Toussaint ont été mis à profit pour transférer les données de 20 établissements au sein du centre de données de TDF, à Cesson-Sévigné, près de Rennes. 

 

Une opération de grande ampleur menée à bien dans un centre sécurisé et adapté
Avec l’essor du numérique éducatif, ce projet conséquent de migration des serveurs, conduit en partenariat avec l'Académie de Rennes, aura nécessité un an et demi de préparation et mobilisé         73 personnes pendant les vacances scolaires, y compris pendant le pont de la Toussaint. Partenaire régulier des collectivités territoriales, TDF héberge désormais à la demande de la Région les données de ces établissements au sein d’un datacenter sécurisé, climatisé, évolutif et donc parfaitement adapté aux besoins de stockage toujours croissant des établissements scolaires. 

 

Pour les enseignants et les élèves, un accès aux ressources Internet garanti à 99% 
À compter du jour de la rentrée, le lundi 5 novembre, les 27 lycées concernés (7 avaient déjà bénéficié d’une expérimentation entre mars et août 2018) pourront donc, sans encombre, mener à bien leurs projets numériques dans un espace informatique à la fois disponible et sécurisé En se positionnant comme « opérateur virtuel » dans les établissements, la Région souhaite apporter aux équipes enseignantes et à leurs élèves un accès optimal, supérieur à 99 %, aux matériels informatiques et aux ressources pédagogiques sur Internet. Cette disponibilité maximum ne pouvait se faire qu’avec l’appui d’un data center extérieur dont l’architecture permet de parer à toute coupure de service. 


D’ici 2022, tous les autres établissements seront raccordés à cette infrastructure mutualisée.