Groupe TDF : résultats annuels 2018

++ --

-    Chiffre d’affaires stable : 671,9 millions d’euros
-    EBITDA : 354,7 millions d’euros, à 52,8 % du chiffre d’affaires 
-    Un montant d’investissements à hauteur de 259,4 millions d’euros, soit 39 % du chiffre d’affaires pour développer les infrastructures de demain

 

En 2018, le groupe TDF poursuit sa stratégie d’opérateur d’infrastructures mutualisées, focalisé sur la croissance organique, au service de la couverture très haut débit, médias et télécoms, mobile et fixe.

 

L’exercice 2018 se traduit par la stabilité des résultats du groupe TDF et affiche des perspectives de croissance importante du fait d’une stratégie d’investissements massifs, notamment en 2018. Le chiffre d’affaires s’établit à 671,9 millions d’euros :

 

•    Dans le secteur des télécoms, les effets conjugués des délais dus à la mise en œuvre de l’accord historique entre l’État et les quatre opérateurs visant à améliorer la couverture mobile, dit « New Deal mobile », et de l’accord de partage des réseaux entre opérateurs (« ran sharing » entre Bouygues Telecom et SFR) ont temporairement pesé sur la croissance de cette activité. L’activité d’accueil sur site (hébergement des opérateurs sur les sites du groupe TDF) reste en croissance : + 3,7 % pour le chiffre d’affaires récurrent (soit + 9,7 % en proforma de l’attrition de points de présence liée au ran sharing). Le nombre de points de présence a crû de + 6,4 % (+ 8,8 % en proforma de l’attrition liée au ran sharing). En 2018, le déploiement de nouveaux pylônes est 2,6 fois supérieur à l’année précédente pour atteindre un parc de près de 400 pylônes construits en trois ans.
•    Dans l’audiovisuel, les revenus sont stables et conformes aux attentes : l’année 2018 a été marquée par la poursuite de la libération de la bande 700 Mhz, au cours de laquelle le Groupe a une nouvelle fois démontré son savoir-faire technique pour mener à bien des opérations délicates. 
•    Dans la fibre, le groupe TDF a confirmé sa position d’opérateur légitime et crédible dans ce secteur en remportant deux nouveaux succès avec les réseaux d’initiative publique (RIP) dans le Val de Loire et le Maine-et-Loire. Le déploiement des réseaux de fibre optique du Groupe (Val d’Oise, Yvelines, Val de Loire et Anjou) a démarré : au 31 décembre 2018, 84 000 prises étaient construites ou en cours de construction. Dans le Val d’Oise, la commercialisation des premières prises a également débuté avec succès : à fin décembre 2018, plus de 1 300 prises étaient commercialisées. 
•    Au titre de ses trois activités principales, le Groupe termine l’année avec un carnet de commande à un niveau de 2 558 millions d’euros, soit l’équivalent de 3,8 années de chiffre d’affaires.

 

Un rythme d’investissements massifs en 2018, qui s’accélère en 2019.

Le groupe TDF poursuit sa stratégie d’investissements massifs au service de sa croissance organique :

•    259,4 millions d’euros ont été investis, soit 39 % du chiffre d’affaires (en augmentation de 19,2 % par rapport à 2017). Parmi ces investissements opérationnels, près de 200 millions d’euros correspondent à des investissements de croissance dans les activités Télécoms et Fibre. 
•    Le Groupe a continué l’extension de son parc de sites qui regroupe désormais 18 200 sites commercialisables (+ 30 % par rapport à 2017).
•    Le programme de construction de pylônes s’accélère grâce à la maîtrise du bout en bout du processus industriel de déploiement.

 

Le groupe TDF affiche une profitabilité accrue et des charges maîtrisées : 
•    L’EBITDA ajusté (hors norme IFRS16) progresse de + 0,6 % en organique et s’élève à 354,7 millions d’euros, soit un taux de marge de 52,8 % du chiffre d’affaires, contre 52,4 % en 2017.

Le Groupe s’appuie sur une liquidité accrue de plus de 400 millions d’euros, renforcée par le renouvellement pour cinq ans (avec option d’extension de deux années supplémentaires) de sa ligne de crédit renouvelable de 250 millions d’euros à des termes optimisés. 

 

En 2019, le groupe TDF agit pour réduire la fracture numérique.

Opérateur d’infrastructures et aménageur numérique, le Groupe poursuit le développement de la couverture très haut débit, mobile et fixe, notamment dans les territoires ruraux afin de contribuer à la réduction de la fracture numérique : 

•    Contribuer au succès du New Deal mobile 
TDF fait du succès du New Deal sa priorité et souhaite accompagner toutes les parties prenantes : opérateurs de téléphonie mobile, État, collectivités. 2019 sera une année décisive pour concrétiser la forte dynamique de marché observée fin 2018, avec notamment 1 250 commandes de pylônes à construire reçues au quatrième trimestre dans le cadre du New Deal mobile. L’objectif est d’accélérer la croissance du nombre de pylônes construits et du nombre de points de présence des opérateurs sur les sites de TDF. 
•    Fibre optique : priorité au déploiement 
2019 verra la poursuite du déploiement des quatre réseaux de fibre optique du Groupe et de la commercialisation de ces réseaux.
•    Audiovisuel : vers une modernisation de la plateforme TNT 
La Télévision Numérique Terrestre (TNT) reste le mode de diffusion de la télévision majoritaire en France (52 %). À la suite de son livre blanc publié fin 2018 sur la place de la TNT dans le paysage audiovisuel français, TDF poursuit les expérimentations en vue du passage à l’Ultra Haute Définition et aux nouveaux services intégrés, définis par le CSA dans sa feuille de route à l’horizon de 2024. 

 

En deux ans, TDF a renouvelé 20 % de ses effectifs (près de 350 recrutements). La politique de ressources humaines menée par le Groupe accompagne le plan d’affaires de TDF dont la croissance et l’allocation des effectifs se définissent différemment selon les trois activités principales du Groupe, à savoir l’audiovisuel, les télécoms et la fibre. TDF mène une politique sociale reconnue et moderne pour fidéliser ses collaborateurs. Ces dernières années, plusieurs accords structurants ont été signés par les organisations syndicales et la Direction : qualité de vie au travail, gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, etc.

 

Olivier Huart, Président-Directeur Général du groupe TDF, a déclaré :

« L’année 2018 nous a prouvé que le rôle des opérateurs d’infrastructures est clé pour lutter contre la fracture numérique. Le groupe TDF est un acteur industriel qui mise sur une stratégie de croissance organique. Pour cela, nous mettons en place un programme d’investissements massifs pour nous permettre d’accroître notre capacité à déployer des infrastructures pylônes et fibre pour le compte de nos clients, tout en maîtrisant nos coûts et nos ressources. »